enseigne extŽrieur interieur flyer recto
 
 

 

Le samedi 23 mars
 
Dans le cadre du Printemps de la Poésie 2024, La Chaux va participer à cet évènement. 
Les 3 Granges, (la Grange de Nane, le Théâtre de la Ruelle et la Grange aux livres)  s’unissent pour vous offrir un programme spécial poésie.
Un atelier d’écriture se tiendra à la Grange aux livres le samedi matin de 9h à 12h.avec Blaise Hofmann comme animateur et le thème sera :“ Ecrire les lieux“
Vous pouvez déjà vous inscrire.
le mercredi 24 avril à 20h.
Nétonon Noël  Ndjekery viendra à la Grange aux livres  parler de son roman: “Il n’y a pas d’arc en ciel au paradis“, édition Hélice-Helas 2022
Ce roman a gagné le prix lettres Frontière 2023 et plusieurs lectrices ont participé au  jury de ce prix.
Vous pouvez aussi déjà réservez votre place.

Suggestions de lecture 

Janvier 2024

Un certain art de vivre Dany Laferrière Grasset 2023

Encore une fois, Dany Laferrière nous touche.

Des pensées, des réflexions sur le cours de la vie.

C’est plein de poésie, de beauté, des éclats de vérité, de lucidité.

Un petit livre à garder précieusement dans les moments de nostalgie.

Du même bois, Marion Fayolle, Gallimard 2024

Mon coup de cœur du début d’année. Un récit, des vies, une ferme, des paysans, des enfants, des poules, des vaches, des chiens. Tous ont leur place dans ces pages. 

Témoignage vivant de la vie d’une ferme de générations en générations.

Nietzsche au piano, Frédéric Pajak, Noir sur Blanc 2024

Oui Nietzsche aimait beaucoup la musique, il jouait du piano, improvisait, composait aussi. 

Jamais reconnu comme véritable musicien, admirateur de Wagner et (amoureux de Cosima Wagner), il prendra ses distances avec le couple et la musique de Wagner. Un côté peu connu du philosophe.

Misericordia, Lidia Jorge, Métailié 2023

Une résidente de l’hôtel Paradis (une maison de retraite), raconte sa vie au jour le jour sur un petit magnétophone. Sa fille, l’auteure du livre, a retranscrit fidèlement ces enregistrements.

La vie dans cette résidence n’est pas toujours monotone, sans passion, sans chagrin, sans révolte. Avec ironie souvent, avec curiosité, avec réalisme dans un dialogue avec la mort, on fait connaissance des résidents, du personnel, et se dégage peu à peu, le sentiment que même dans l’hôtel Paradis, c’est la vie qui continue sous le regard lucide de Maria Alberta Nunez Amado.